vendredi 25 juin 2010

Claudine déjeune au Kokaloca

Pour se remettre d'un lendemain de veille il y a les tylenoles, l'eau, le 7-Up, le sommeil, etc, etc. Outre ces remèdes de grand-mère, il y a mon remède préféré : le brunch bien gras partagé avec les amis. Et c'est ce que les copains et moi avons fait au lendemain de la Saint-Jean. À 15 h 30, nous avons brunché comme des champions au Kokaloka, situé sur Mont-Royal.

Pour nous remettre l'estomac bien en place cet après-midi là, notre menu fût garni de drapeaux mexicains, des fèves, de fromage fondu, de guacamole, de tortillas et ... d'un pichet de bière ! Pas le droit de juger, sauf pour celui qui n'a jamais pris de bon temps dans sa jeune vingtaine. Cela dit, mon assiette à la fois très bourrative et très goûteuse était tout ce dont je souhaitais pour ce repas. Ça et les copains autour de la table, bien entendu !














Ce qui est bien lorsqu'on mange à une heure pareil c'est qu'il y a peu de clients et que, par conséquent, le service est impeccable. D'ailleurs, je crois que notre serveur a bien aimé nous servir. Notre table de 6 jeunes délurés (vous pouvez interpréter l'adjectif au sens propre comme au sens péjoratif), était probablement dans le même état que lui.

Après s'être régalé (ou empiffré), nous avons finalement quitté les lieux en beauté, soit avec une blague douteuse appréciée de tous, surtout du serveur. Malgré le ciel d'un gris 15 %, notre journée a été ensoleillée par les murs, l'ambiance et la bouffe du Kokaloca.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire