samedi 9 janvier 2010

Claudine et le chalet – 2ième partie

Fidèle à son habitude, le temps s’est chargé de faire passer cette semaine de repos très rapidement. Sans même avoir eu le temps de s’en rendre compte c’était déjà jeudi. Pas n’importe quel jeudi, c’était le jeudi 31 décembre, date butoir de l’année 2009.

La randonnée

J’ai décidé de meubler la dernière journée de 2009 avec mon frère, ma belle-sœur et une paire de raquette high-tech. Ce n’est un secret pour personne, je n’aime pas le sport. Je n’ai aucun talent sportif, je n’ai pas de coordination, ni d’endurance et si je continue ainsi la liste sera longue et ce billet ennuyeux. Malgré mon indisposition physique et mentale à l’activité physique, j’ai tout de même profité du décor champêtre que m’offrait le chalet pour faire un petit tour en raquette dans les bois. Je ne compterai pas de menterie, la balade n’a pas durée 3 heures et s’est terminé les fesses sur mes raquettes et une bière à la main. Rien de mieux pour relaxer en regardant le décor glacé et les poussières de neige tomber.





La petite randonné était aussi un prétexte pour faire taire ma oh-combien-fatigante conscience qui ne cessait de me dire de bouger et d’arrêter de manger. Je l’ai écouté mais disons que j’ai un botché la job...

La fête !
Après l’épisode de « Claudine apprend à marcher avec des trop longs et trop gros souliers de métal », la soirée tant attendue était enfin arrivée. Les joues roses et les cheveux qui sentent le dehors, j’ai commencé à préparer le repas du jour de l’an. (Une première dans ma carrière de femme à marier). La dinde, gracieusement offerte par la mère de Dom, a été somme toute très facile à faire. (Pour plus de crédibilité je tairai le fait qu’elle était déjà toute prête à faire cuire)Après le repas nous avons simplement et joyeusement profité de la soirée à jouer à des jeux de société, à dire n’importe quoi et à rire. Il est très difficile de décrire clairement la soirée de n’importe quel 31 décembre. De ce contexte, je crois qu’une photo vaut mille mots.














Pour bien clôturer chaque fin d’année, le 31 décembre ça se passe entre amis. Dans un bar ou dans un party de cuisine, l’important c’est d’être bien entouré. C’est ainsi que j’ai défoncé les premières heures de 2010. L’an prochain je me mets à la recherche d’une commandite de flûte !


1 commentaire: