mardi 4 août 2009

Claudine et la chasse aux trésors

Je connais une thérapie qui éloigne le ciel gris et qui ramène le soleil. Et si ça va déjà bien dans ta vie, ça donne une double dose de vitamine T. J’ai nommé : le Thrifting Therapy ! C’est simple, tu dresse un itinéraire détaillé de ta journée. Tu dois repérer les sous-sols d’églises, Villages des valeurs, Armées du salut - et j’en passe - de ton quartier afin de savoir où tu passeras ta journée. Une fois l’itinéraire établie tu dois t’équiper de moussaillons. La chasse aux trésors peut se faire en solitaire mais c’est toujours agréable d'être avec un acolyte pour fouiller des racks surpeuplés de camisoles corona bedaine et de chemises en fortrelle à motifs qui rappellent des vieux rideaux de tente roulotte. L’équipier de ton choix pourra partager avec toi certaines visions d’horreur si facilement accessibles dans ce genre d’endroit.

Armée d’une carte au trésor détaillée, d’un équipage expérimenté (ça maximise les recherches), de patience et de motivation j’ai testé pour vous : l’Armée du salut (Plaza St-Hubert), Fripe- Prix (Plaza St-Hubert) et le Marché aux puces de Saint-Eustache.

D’abord, je me fais un devoir de préciser que ce genre d’endroit pu. Il s’agit d’un mélange entre les boules à mites, la cigarette, l’humidité et l’assouplisseur. Après 20 minutes de nausées et d’étourdissements on finit par ne plus sentir cette odeur. Attention, possibilité de fous rire sans raison apparente et d’hallucinations.

Techniquement parlant, à part la grandeur du magasin, il n’y a pas de différence entre l’Armée du salut, la Fripe-Prix et le Village des valeurs. Le principe est le même partout et les chances de trouver le morceau qui fera partie de mon prochain outfit sont pratiquement les mêmes. Tout est une question de hasard et de talent. J’entends déjà des enfants dire : Claudine, le hasard on comprend, mais pourquoi serais-ce une question de taaaaleeeennnnnttttttt ?
( Demande spéciale de la rédaction : prononcez ici le mot " talent " de la même façon qu’on criait " Mama-an-an " quand on était petit, merci)

Leçon de thrifting
Je vous explique. En tout premier lieu, il faut savoir que la pratique répétée de ce sport est essentielle avant d’atteindre les ligues majeures. Plus tu pratiques, meilleur tu performes. (Flash-Back d’un coach de basket de mon enfance, ben oui j’ai déjà joué au basket, ok là, sort des parenthèses et focus sur le post. FOCUS !)…(Bon) L’idée de base du thrifting est de trouver un (ou des) petit trésor parmi des mers de choses affreuses. Donc, pour maximiser les découvertes, il faut savoir visualiser ledit morceau de linge avec d’autres pièces de ta garde-robe. La visualisation et la créativité sont des éléments très importants qui se développent avec la pratique. Encore une fois : Plus tu pratiques, meilleur tu performes.

Aussi, il faut utiliser la technique que je nomme affectueusement " l’acharnée ". Cette technique m’a été enseignée par la Madame Miagi du thrifting et j’ai nommé la ceinture noire des sous-sols d’églises ; Stéphanie Godard. La méthode consiste à regarder religieusement chacun des morceaux du rack. C’est facile mais il faut être rigoureux. Du plus petit au plus grand, les beaux comme les laids, aucun morceau ne devra être négligé. Se fier aux bouts de tissus qui dépassent est inutile. Quand on fait du thrifting les apparences sont souvent trompeuses.

Le Marché aux puces
Pour moi le marché aux puces c’est un monde parallèle au notre. On y retrouve tout ce qui est impossible à trouver en temps normal. Ici, je pense au chien qui n’a pas de poil, aux péruviens qui font des hits de Céline Dion à la flûte de pan, à la vieille dame qui traîne ses chiens dans une poussette rose à paillettes, à la panoplie de personnages de Disney en plywood fait à la main et au million de racks de fausses sacoches. Ajoutez à cela des gens normaux, des odeurs de hot-dog, de poubelle et de sueur, le tout enveloppé de rythmes country, principalement ceux de Johnny Cash. Pour être franche, à chaque fois que je vais au Marché aux puces j’ai l’impression d’être dans une fête foraine digne des Gilmore Girl, le sexy propriétaire du café en moins. C’est beau la vie.

Note de la rédaction : C’est également dans ces lieux que j’ai renoué avec l’expression " FRK ". Une tendre expression qui veut simplement dire " Fashion Roadkill ". Trêve de jugement, ces gens ajoutent au folklore et mettent de la couleur dans le marché.

Maintenant, la technique de fouille du marché aux puces diffère un peu de celle des magasins de vêtements usagés. Les marchés aux puces offrent d’autres types de trouvailles. En plus des vêtements, on peut y dénicher plusieurs types d’accessoires. Lors de la recherche, il faut visiter chacun des corridors de produits de seconde main sur le site extérieur. Monsieur et madame tout le monde ont beaucoup de trésors à offrir. Mais attention, il faut demander les prix. Certains n'ont pas compris le principe de la vente de garage et vendent leurs biens un peu trop cher. Aussi, il faut s’hydrater pendant l’activité et il ne faut pas négliger la crème solaire, dans ces lieux le soleil est ton pire ennemie.

Ce que j’ai aimé :

- Tout le monde y a trouvé son compte. T-shirt, camisole, jupe et plus encore, ont fait partie du butin collectif;
- Trouver des accessoires de décoration pour une bouché de pain;
- La satisfaction de payer 2 $ pour un chandail;
- Passer du bon temps avec mes amies. J’ajoute 3 points bonus pour le marché aux puces car c’est en plein air, sur un terrain asphalté, mais en plein air quand même.

Ce qui m’a fais grincer des dents :

- Dans les friperies, les racks de vêtements sont très tassés. Il faut donc les arpenter de gauche à droite afin de voir tous les morceaux (technique de l’acharnée). Mon message est le suivant : De grâce, ne commencez pas votre recherche à côté de quelqu’un qui a déjà entamé les fouilles dans un même rack. Vous aller être dans ses jambes;
- Certains commentaires et regards de vendeurs de machins aux marchés aux puces. Garde toi une petite gêne el gros.

Finalement, peut importe le lieu choisi pour le thrifting therapy l’important c'est d’être motiver et d’avoir beaucoup de temps devant soit, question ne pas bâcler les recherches. Ce type de pratique n’est pas accessible à tous les genres de magasineur. Si tu es du genre à acheter le linge " parce que c’est beau sur le mannequin " et que magasiner au Winners est ton pire cauchemar, abandonne tout de suite cette idée. Si, au contraire, l’idée de fouiller dans un vieux grenier ne te fait pas peur, cette activité est pour toi. Aussi, il est important de savoir que la pêche n’est pas fructueuse à chaque fois. Triste certes mais il suffit de se dire que la prochaine fois sera meilleure.

Et toi futur champion de thrifting, n’oublie pas ces sages paroles : Plus tu pratique, meilleur tu performes !

Dominique qui pratique la technique de l'acharnée.



Quelques accessoires trouvés au Marché aux puces.

Voici mes acolytes en route vers les friperies de la Plaza Saint-Hubert.

1 commentaire: