dimanche 23 septembre 2012

Claudine et la poutiflette du Brouhaha

Ça fait un petit moment qu'on a jasé poutine et avec le retour des températures frisquettes, le sujet tombe à point. Ma dernière aventure de food porn a eu lieu au Pub Brouhaha, dans Petite-Patrie. Ce bar de quartier, je le connais. J'y descends quelques pintes à l'occasion, mais curieusement, je ne me suis jamais arrêtée au menu.




Le format cafétéria et les vieilles chaises de bois de l'ancienne taverne donnent quelques indices sur cette vie passée. Depuis quelques années, l'endroit a -un peu- changé d'orientation. On y boit toujours de la bière, mais celle qu'on boit aujourd'hui est brassée à même les murs du pub, est de fabrication artisanale ou est importée. Outre l'appétissant choix du liquide populaire, ce qui m'a amené au Brouhaha ce dimanche après-midi, c'est sa poutiflette.



Le nom du plat est un sympathique clin d'oeil à la tartiflette. Et, qu'est-ce que ça mange en hiver une poutiflette ? Ben, ça mange des oignons caramélisés, des poireaux, des lardons, un gravy crémeux, du fromage en crottes (YES!) et un gratin. Oui je sais, la simple lecture des ingrédients est essoufflante.


La montagne de nourriture est alléchante. Les premières bouchées sont jouissantes. Mais, parce que rien n'est parfait, deux bémols s'imposent. D'abord, la présence de lardons n'est pas aussi charmante qu'elle en a l'air. Je n'apprécie pas particulièrement croquer les bouts de gras gélatineux. Les morceaux de lardons ne sont pas entièrement faits de viande et ça peut surprendre.


Ensuite, il y a la sauce. On parle ici d'un gravy original avec un soupçon d'épices qui rappelle le clou de girofle et une touche de crème. Cette dernière est très bonne, mais - à mon humble avis - en trop grande quantité. Règle générale, le mince équilibre entre les frites croquantes et la sauce est difficile à atteindre.

Ceci dit, la coupe mince des pommes de terre me plaît et la présence du fromage en grains rassure. L'essence de la poutine est encore là. Amateur de bière et de poutine - meaning 80 % de la population-, t'es doublement servi.

Pour maximiser l'expérience j'ai deux conseils d'ami pour toi :

1- Afin de dissoudre ces riches ingrédients, accompagne ta poutiflette d'une belle lager (la Dartagnan est pas pire pentoute).

2 - En revenant à la maison, une petite camomille -pour la digestion- avant le dodo t'aidera à roupiller comme un bébé de plastique sur un gâteau de baptême.

Broue Pub Brouhaha
5860, avenue de Lorimier

4 commentaires:

  1. Dommage que ton blog soit maintenant fermé, j'aimais beaucoup te lire :)

    RépondreSupprimer
  2. Eh oui, les lardons c'est gras mais c'est tellement meilleur que le bacon!

    RépondreSupprimer